16 avril 2008

V

Je sais que je ne devrais pas boire,
Que rien ici ne peut s'oublier,
Que je n'ai pas à me justifier,
Bref ! Que l'on ne refait pas l'histoire ...

Oui ... Mais quand je lève mon ciboire,
Lourd calice empli de vin doré,
- Ou tout un flacon de rhum ambré ! -
Sa beauté me revient en mémoire ...

- Nous courions sur le sable fin, libres,
Sentant dans chacune de nos fibres
Le soleil bénir nos corps heureux. -

- Le soleil, l'amour, et puis ... L'obus.
Etre en paix, à deux ... Et rien n'est plus ! -
Et je lève mon ciboire aux cieux !!

                 - Le 08-04-2003 -
                   (Ste Catherine)

Posté par VINCENTETDONA à 12:56 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur V

    Cet amour pour le sonnet est magnifique ! Je viens de lire les cinq derniers - (et les autres poèmes...) Je suis fascinée qu'il y en ait tant, certains bien sûr, supérieurs aux autres, superbes.
    Et puis quelle lucidité !
    Merci pour ton passage Dona. Le temps me manque. Mes activités m'engloutissent un peu.

    Juliana

    Posté par monoceros, 16 avril 2008 à 22:32 | | Répondre
  • Très joli ! On est bercé par le rythme et la légéreté des vers. Bonne journée à toi et bisous

    Posté par zebu32, 22 avril 2008 à 05:02 | | Répondre
Nouveau commentaire